Attention, si vous êtes une personne sensible à la mort et à toute forme qu’elle peut avoir, en particulier au suicide,je déconseille fortement (et au public âgé de moins de 16 ans) fortement de voir ce film.

Cela fait maintenant quelques années que le service de vidéo à la demande américain Netflix se démarque, notamment en France. C’est le 21 décembre 2018 que le film Bird Box sort en France et devient le plus gros carton puisque en une semaine, il est le film le plus regardé sur la plateforme (à noter que le budget du film est de 19.8 millions de Dollars, ce qui est important pour une œuvre uniquement distribuée sur une seule plateforme) puisque 45 millions de spectateurs l’ont vu.

Le film est adapté du livre éponyme sorti en 2015 par Josh Malerman (également musicien dans le groupe de The High Strung)

Synopsis

Une mystérieuse vague de suicide fait surface dans le monde. Malorie, enceinte va devoir survivre à la mort, dans une autre temporalité, elle est confrontée à celle-ci avec 2 enfants, bandeaux sur les yeux, commençant un périple à bateau sur une rivière, cherchant un abri.

Aspects techniques

Sur le plan photographique, le film fait part d’une créativité évidente, malgré les nombreux gros plans et plans américains. Il faut noter qu’à chaque fois que l’on montre un personnage muni de son bandeau, on ne montre pas ce qu’il se trouve devant lui, afin de rendre l’expérience du spectateur immersive, ce qui est une initiative originale et réussie. Mis à part ça, aucune grande nouveauté, le film reste simple, beaucoup de « cuts » et de plans très larges et très redondants, notamment ceux utilisés sur la rivière.

Résultat de recherche d'images pour "birdbox"

Yeux bandés, mais ce qui se trouve devant n’est pas montré

Critique et analyse sans spoilers

Bird Box est un film est un film qui se divise par tous ses aspects techniques et scénaristiques. Il nous présente le personnage de Malorie incarné par Sandra Bullock qui, de prime abord semble être torturée psychologiquement à cause de sa grossesse, d’un enfant qu’elle ne désire pas et d’un père absent. On découvre un peu plus sa personnalité à travers une de ses peinture (« catfish« ) dans lequel elle explique vouloir représenter « l’impossibilité de tisser des liens » (créer des relations avec les gens, donc de son futur enfant). C’est donc un élément majeur qui nous révèle son principale trait de caractère: la solitude.

Résultat de recherche d'images pour "catfish birdbox"

Bird Box est un film long. Rappelant pour beaucoup Phénomènes (de M.Night Shyamalan), notamment avec le thème du suicide de masse et mystérieux qui s’introduisent par des mouvements de foule. Cependant, la mise en scène ne laisse pas penser qu’elle rend hommage aux œuvres de Night Shyamalan, puisque elle reprend les mêmes codes, les mêmes genres d’introduction des situations et des introductions des personnages qui poussent le spectateur à comprendre comment le spectateur pourra s’identifier à l’héroïne principale de l’intrigue.

Comme évoqué précédemment, le film commencent avec Malorie et les deux enfants, qui embarquent sur une rivière, puis évoluera en parallèle avec le flashback qui occupe les 3/4 du film présentant les origines de l’intrigue, c’est-à-dire de cette mystérieuse vague de suicide. Les péripéties que va rencontrer l’héroïne sont ennuyeuses malgré de bonnes initiatives de la part du scénario, mais la réalisation donne l’impression de toujours vouloir remettre les mêmes codes de mise en scène. On a le sentiment de toujours manger les mêmes biscuits, bien qu’ils soient toujours d’une couleur différente.

Vous avez dit dénouement ? En réalité Bird Box n’a rien à nous apprendre, par sa fin bâclée, des questions nous restent en tête et elle ne seront jamais résolues (pas de Bird Box 2).

Note : 2/5

Article écrit par Anthony Audin