Sleepers est un film sorti en 1996, réalisé, scénarisé et produit par Barry Levinson (The Rain Man, Good Morning Vietnam, Bugsy). Le casting est (pour maintenant) une vraie formule 5 étoiles, Brad Pitt, Dustin Hoffman, Robert De Niro, Kevin Bacon, Vittorio Gassmann, Jason Patric, Billy Crudup et Minnie Driver. Le film est tiré d’un livre que je n’ai pas lu, livre, lui-même adapté d’une histoire vraie.

Barry Levinson

Synopsis :

Au milieu des années soixante, quatre gamins du quartier populaire de Hell’s Kitchen de New York sont incarcérés dans une maison de redressement à la suite d’une plaisanterie qui tourne au drame. Onze ans plus tard deux d’entre eux, marqués à vie, retrouvent le gardien sadique et tortionnaire qui les a martyrisés lors de leur détention et l’abattent froidement. Les deux autres, devenus respectivement journaliste et substitut du procureur, fidèles à la loi de Hell’s Kitchen, vont tout tenter, avec le soutien du curé du quartier et du parrain de la mafia, pour les sortir de là.

 

Contexte historique : Le film se passe donc dans les années 60, dans un quartier relativement pauvre de New-York nommé Hells Kitchen, ou toutes les nations immigrées vivent (italiens, africains, irlandais etc..). La foule est présente, c’est le désordre dans les rues, les klaxons et les cris retentissent.

 

Première partie : Narré oralement par le personnage principal : Lorenzo (adulte, joué par Jason Patric et jeune par Joseph Perrino) il raconte son enfance, ou il grandi avec ses 3 copains, faisant des petites bêtises, Lorenzo rencontre le parrain de la mafia locale (surnommé le « King ») pour faire des livraisons payées 25$ la semaine. Protégés par le père Bobby, les 4 copains sont des enfants relativement libres. Un jour, alors qu’ils tentent de voler un vendeur de hot dog en lui volant son comptoir ambulant, le malheur se produit, le comptoir roula dans les escaliers et heurta un homme le mettant dans un coma. Les 4 garçons seront alors envoyés en maison de redressement pour adolescents pendant 1 an, ou ils font la mauvaise rencontre de Nokes, un maton arrogant, qui abusent sexuellement d’eux. Un an plus tard les 4 garçons quittèrent la maison de redressement sans pour autant qu’ils gardent le contact entre eux.

S P O I L

Critique de la 1ère partie : La première partie résume trop vite la jeunesse, le déroulement, les personnages secondaires sont beaucoup trop mis en avant par rapport aux 4 garçons (qui sont finalement les éléments principaux de l’histoire), les éléments s’enchaînent trop vite.

 

Deuxième partie : La deuxième partie du film démarre avec deux des 4 garçons, devenus des tueurs, alcooliques, drogués, dans un bar, rencontrant Nokes et le tuant, l’histoire se poursuit ensuite par le rassemblement des 2 autres membres de la bande : Lorenzo, devenu journaliste et Michael (Brad Pitt) substitut du procureur, Qui vont tout faire pour innocenter les 2 tueurs demandant au père Bobby (Robert De Niro) d’être un faux témoin, Michael d’être un avocat qui va perdre l’affaire. Et donc au final, ils sont innocentés.

Aspects techniques :

 

  • Ce film est très simple, visuellement il utilise des procédés de mouvement classique, des zooms sur personnages lors des dialogues important, la caméra semblent suivre les acteurs lors de leurs déplacements
  • Au début du film les couleurs sont très chaudes, et clair pour accentuer la chaleur, les couleurs sont vives pour qualifier la foule de désordonnée
  • Les musiques sont composées par le grand John Williams (Indiana Jones, Il faut sauver le soldat Ryan, La liste de Shindler, Harry Potter) donc l’instrument principale est à vent qui peut se qualifier quasi tout au long du film de dramatique.

 

Conclusion : La première partie de ce film Le véritable atout de ce film est sa deuxième partie, surprenante et passionnante, la phase juridique crée au spectateur un véritable suspens, les séquences sont très bien orchestrées, les silences sont maitrisés. Cependant, la fin du film est négativement surprenante de son bâclage, qui ne colle pas à la scène finale dans le restaurant.

Note : 3.5/5