Pour cette dernière interview réalisée au Hellfest, aujourd’hui nous allons partir à la rencontre de ULTRA VOMIT ! Ou le groupe de Metal Humoristique qui règne en maître sur la scène française depuis plus de 20 ans… Rencontre avec Flockos et Matthieu Bausson.

Culturaddict : Bonjour les gars, merci de me recevoir ! 1ère question : qu’est-ce que ça fait le top 10 ?

Matthieu : Pour « L’Olym putain de Pia » ? L’émission Top 50 ?

Flockos : Ecoute ouais c’est cool ! Bon après je ne suis pas dupe, je me doute que ça ne va pas durer longtemps, je sais que les fans sont fidèles, et au rendez-vous à la sortie, ils achètent la 1ère semaine, je ne pense pas qu’on va rester dans le top 10 très longtemps. Mais c’est déjà hyper cool de rester devant Maître Gims pendant une petite semaine !

Matthieu : C’est ça aussi qu’on ne dit pas quand t’es dans le top 10, on ne sait pas combien de temps ça dure.

Flockos : Quoiqu’il arrive ce n’est pas un mauvais signe. Ce n’est pas Justin(e) qui ferait ça par exemple.

Culturaddict : Une belle preuve d’amour de vos fans !

Flockos : Ouais ça fait super plaisir !

Culturaddict : Une question que je me posais : d’où vient votre goût pour la parodie ?

Flockos : Ouais en fait on est des petits clowns, on a toujours voulu se marrer. On ne se sent pas de raconter des textes, des histoires qui défendent tel ou telles causes. Nous ce qu’on aime dans la vie c’est raconter des blagues, se marrer, péter. Donc voilà on est vraiment des petits clowns.

Matthieu : Ce qui est important, c’est que l’on a très peu de groupes en commun. Par contre je pense qu’on partage toutes nos références humoristiques. C’est surtout ça qui nous rassemble.

Flockos : Ouais, en ce moment on fait un blocage sur Quentin Dupieux. C’est très puissant.

Culturaddict : Pourquoi il y a eu cette évolution du grindcore au metal parodique ?

Flockos : Alors le côté grind c’est vraiment Manu et Fetus, qui ne sont pas là, ils aimaient vraiment ça à l’époque, nous on n’a pas trop écouté. Je pense que l’évolution du grindcore c’est la flemme. En fait ça c’est fait naturellement, les gars en écoutaient moins, moi je me suis ramené et j’écoutais plus de punk rock. Le grindcore n’a jamais été l’axe principal, quand tu regardes la démo d’avant M. Patate ça se barrait dans tous les sens. La parenthèse grindcore s’est fait avec M. Patate.

Culturaddict : Comment vous avez choisi vos parodies avec Panzer Surprise ?

Flockos : On ne choisit pas en fait. S’il y a une évidence, une fulgurance, on prends, on n’a pas de liste de groupes ou de cases à cocher, ça arrive comme ça quoi.

Culturaddict : Est-ce que ça vient de vos goûts personnels ?

Flockos : Ouais, bah on a écouté l’album de Lindemann, et après on a pondu un riff à la « Kammthaar ».

Matthieu : La vanne « Kammthaar » était déjà présente dans le groupe avant en fait, donc on a associé les 2.

Culturaddict : Tiens, tu me parlais de l’humour qui vous rassemble, tu veux parler de vos influences ?

Flockos : Ouais, bah Quentin Dupieux.

Matthieu : Les Inconnus.

Flockos : Les Robin.

Matthieu : Les Robin des Bois ! J’ai découvert ça il n’y a pas longtemps, je me suis fait pleins de trucs, c’est incroyable.

Flockos : Kad et Olivier ! A l’époque de La Grosse Emission, c’était assez puissant. Bon, Kad Merad maintenant ce n’est pas une référence dans les films qu’il fait, mais à l’époque ouais.

Matthieu : Faut toujours les respecter pour ce qu’ils ont fait !

Culturaddict : J’ai noté un certain goût pour la mise en scène, ça vous vient d’où ?

Flockos : Bah on a envie de faire un spectacle quoi, on ne va pas se ramener les mains dans les poches. Il y a des enchaînements à faire, on trouve ça plus efficace et plus marrant si c’est travaillé un minimum.

Matthieu : Nous-même on s’insuffle ça, et même tout le crew technique nous dit « ça les gars, vous pouvez le faire », tous les écrans, c’est aussi grâce à eux qu’on a dit « yes, on va faire ça avec la vidéo », le show scénique…En fait, faut pousser le truc à son paroxysme.

Culturaddict : Comme une extension de votre humour du coup ?

Flockos : Ouais, il y a un côté faussement pompeux tu vois, une petite prétention à faire un spectacle un peu glorieux, c’est marrant quoi !

Matthieu : Ouais par contre on se chie dessus !

Ultra Vomit, lors de la cérémonie des canards d’or

Crédits Photos : Pixback Photos

Culturaddict : Alors, comment avez-vous conceptualisé le « Wall of Chiasse » ?

Flockos : Bon, le Wall of Death existait déjà. C’est juste qu’on a passé l’étape au-dessus c’est tout.

Matthieu : Ouais, on m’a posé la même question tout à l’heure, j’ai dit simplement « Pipi vs. Caca ». C’est un Wall of Death avec de la chiasse quoi.

Flockos : Ouais, et la chanson en elle-même elle est venue de Joel Le Floc’h, bourré, un lendemain…C’est moi. Et on en a fait un tube.

Matthieu : J’aurais aimé être là !

Culturaddict : Bon, sinon, l’imposture s’est bien faite ?

Matthieu : Ouais, l’imposture était totale !

Flockos : Ouais, je crois même qu’ils en parlent dans Le Monde : « Diamond Head, Gojira et Ultra Vomit font trembler la terre au Hellfest ». Voilà, bam. Les mains en l’air, ceci est un hold up ! Bon après on a bien bossé quand même, on a fait de notre mieux, donc on est content qu’il y ait eu une bonne répercussion.

Culturaddict : Un petit mot sur le futur ?

Flockos : Le futur c’est ce qu’il y a après le présent ! En conjugaison, c’est le temps ou tu écris tu partiras, je partirai (sans le s). Non sinon bah on a un Zénith en vue avec les gars de No One is Innocent et Tagada Jones le 2 novembre à Paris, on a des dates entre temps, la tournée qui continue en 2020…Là on vient de sortir un DVD Live, on va peut-être faire une tournée au Japon en 2020. Mais on a quand même une grosse actu ouais, le DVD Live de l’Olympia, un gros Hellfest. On va encore tourner 1 ou 2 clips, histoire de boucler l’ère de Panzer Surprise, et après on verra bien.

Culturaddict : Le mot de la fin ?

Flockos : On annule le concert d’hier !

Culturaddict : Ouais, du coup, j’allais oublier, vous avez passé un bon concert ?

Flockos : Bah ouais c’était mortel. C’était un gros truc à faire, beaucoup de pression.

Matthieu : Moi je sais l’atténuer la pression.

Culturaddict : Pression…à boire ?

Matthieu : Moi oui, l’autre non.

Flockos : Ouais, c’était un gros morceau, on l’attendait celui-là. Beaucoup de stress, de préparation, mais ça s’est bien passé.

Culturaddict : Du coup le mot de la fin c’était ce concert était une imposture ?

Flockos : Ouais voilà !

Fin de l’interview ! Un grand merci à Sabrina, à ULTRA VOMIT, à l’équipe du Hellfest. Merci à toute l’équipe Culturaddict, à mes amis et ma famille pour le soutien. Merci à toutes les personnes que j’ai rencontré sur place et qui m’ont fait vivre des moments fantastiques.

Et encore une fois merci à vous !

Pour voir l’intégralité du concert du Hellfest, c’est ici.

Pour mon top 10, c’est ici que ça se passe.

A très bientôt pour la suite de l’odyssée musicale.

Musicalement,

Alan