Le mercredi 28 novembre avait lieu, au Ferrailleur à Nantes, le concert de Black Mirrors et The Night Flight Orchestra. Ici, je ne parlerai que de la prestation du 1er groupe, mon organisation de ma soirée ne m’ayant pas permis de voir en entier le concert de The Night Flight Orchestra.

La soirée commence sous le signe du psyché avec Black Mirrors, groupe belge formé il y a 5 ans. Les 1ères notes donnent le ton, on commence avec un grand medley représentant plusieurs morceaux du dernier album. Celui-ci sera particulièrement mis à l’honneur durant la soirée, avec la quasi totalité des morceaux joués en live.

La soirée commence relativement en douceur, avec les 1ères notes de Shoes for Booze, nous mettant dans une ambiance Stoner délectable. Le concert est à l’image de l’album, quelques moments douceur, quelques moments de folie furieuse. On retiendra l’énergie folle déployée sur les morceaux plus énergiques, comme Funky Queen, Lay My Burden Down ou encore Günther Kimmich. L’énergie déployée est telle que certains moments rappelaient les plus grandes heures de Janis Joplin et Jimi Hendrix. Le groupe les cite comme principales influences (à lire dans l’interview qui va suivre), et ça se sent ! La voix puissante de Marcella, maîtrisant autant le chant en voix de poitrine que le chant lyrique est impressionnant à écouter et à voir. Le moment le plus impressionnant, peut-être, est le morceau Inner Reality, où l’on assiste à un saut de presque 2 octaves au chant. Quand aux autres instrumentistes, la qualité est là, cela va sans dire, mais le plaisir réside dans le fait que chacun a sa place. Un des moments forts du concert est aussi la reprise de Kick Out the Jam des MC5, qui fait monter encore d’un cran l’ambiance furieuse de la salle. Cette intensité ira crescendo jusqu’au final, dans une version de Burning Warriors qui transcende l’originale. Si la version studio est déjà magnifique, la version live nous offre un grand moment de rock. On ne peut qu’être scotché par l’endurance des musiciens, déchaînés, qui nous font le plaisir de rallonger les solos instrumentaux. S’étendant sur plus de 10 minutes, ce final représente l’apothéose du concert.

Pour conclure, si les qualificatifs élogieux vous ont semblé trop nombreux à votre goût dans cet article, il vous suffit de voir Black Mirrors en concert pour vous rendre compte que ce n’est pas exagéré. Le rock a encore de grandes heures devant lui, et c’est ce genre de groupe qui nous rappellent à quel point la musique peut être belle. Voici maintenant pour vous une interview avec 2 membres du groupe, Marcella Di Troia et Pierre Lateur, respectivement chanteuse et guitariste du groupe, réalisée lors de leur concert à Nantes.

Culturaddict : Bonsoir, merci de me recevoir !

Marcella : Bonsoir !

Culturaddict : 1ère question, pouvez-vous nous raconter les origines du groupe ?

Marcella : Alors on a créé le groupe il y a plus ou moins 5 ans. A la base je voulais former un groupe de filles. J’étais en train de faire de la musique avec une batteuse et une bassiste, on cherchait un ou une guitariste, et on s’est dit pourquoi pas Pierre, il correspondait énormément à nos attentes, j’aimais beaucoup la manière dont il jouait. Donc on a commencé comme ça.

Pierre : Et puis j’ai de longs cheveux, donc caché dans le noir ça passe (rires).

Marcella : Ensuite, à force de faire des jams, avec Pierre on avait envie de concrétiser un peu plus le projet, ne pas faire que de la jam, on avait envie de structurer les morceaux, commencer à faire des concerts, etc. Par contre les 2 filles avec qui on faisait de la musique n’avaient pas forcément les mêmes attentes, les mêmes envies. Du coup on a demandé à 2 autres potes de nous rejoindre. On a commencé comme ça, on a sorti un premier EP (Funky Queen, 2017, ndlr), et on a joué un peu partout en Belgique.

Culturaddict : Est-ce que vous avez une méthode de composition ? Des rôles dans le groupe ?

Pierre : La plupart du temps je compose les idées de base à la guitare et je commence à faire des maquettes, donc j’enregistre une structure pour la chanson, je la travaille avec Marcella, comme ça elle va trouver ses idées de voix. Et là la plupart du temps il y a beaucoup de choses qui changent, je me rends compte qu’il y a un riff un peu trop compliqué, qui prends trop de place par rapport à la voix. Après on envoie ça au bassiste et au batteur qui trouvent leur partie de leur côté. Et quand on répète ça ensemble pour la 1ère fois il y a souvent leur univers qui s’imbriquent au notre, on va retirer, ajouter des parties, la structure du morceau va changer, parfois il y a des parties qu’on vire complètement. Donc c’est vraiment la base, une idée que je propose, qui est retravaillée avec Marcella et le groupe ensuite. Mais je pense que la formule finale est vraiment le résultat d’un effort commun, chacun apporte son univers avec ses propres influences.

Culturaddict : Est-ce que vous avez quelque chose à dire par rapport à la façon dont vous avez créé le dernier album ? Il y a un contexte particulier ? Des thèmes que vous aviez envie d’aborder ?

Marcella : Ce n’est pas un album-concept. C’est un petit peu le résultat de toutes nos influences, du travail accompli en 5 ans d’existence.

Pierre : On a mis pas mal de temps à faire cet album. Autant on a été assez vite à faire le 1er EP, il est sorti après 4 ou 5 mois d’existence, autant l’album on a vraiment voulu prendre notre temps, tester les chansons sur scène, avoir déjà des tournées avec la démo et l’EP qu’on avait. Donc pas vraiment de contexte particulier, c’est juste qu’on a vraiment pris le temps de faire les choses. D’ailleurs je pense que le 2ème album va sortir beaucoup plus vite. Là on est déjà en train de travailler dessus, il y a déjà pas mal de choses qui commencent à se profiler, donc le second sera là beaucoup plus rapidement.

Marcella : Après par rapport aux thèmes abordés, on a les thèmes de la vie de tous les jours, il y a aussi des chansons sur le thème du chamanisme. Par exemple, Burning Warriors parle d’un des plus grands massacres qui a eu lieu à Wounded Knee, un massacre amérindien, il y avait des sioux et des cheyennes, ça parle de ce genre de sujets-là qui nous touchent particulièrement.

Culturaddict : Vous avez des influences ? Si oui lesquelles ?

Pierre : Led Zeppelin reste une influence énorme, Janis Joplin pour toi (à Marcella), Queens of the Stone Age, Jimi Hendrix qui est mon guitariste favori, les Doors. Je suis un grand fan de Radiohead, même si ça ne se ressent pas forcément dans la musique, c’est une influence énorme. J’aime beaucoup Nirvana, beaucoup de groupes années nonente (90), Rage Against the Machine, j’aime beaucoup l’approche mélodique de ces années là, il y avait vraiment un côté pop dans le rock, mais pas dans le mauvais sens du terme, pas dans le sens chanson commerciale, populaire, ce côté très mélodique dans les voix, dans les chansons, ce genre de truc tu prends un guitare ou un piano et ça fonctionne. Je trouve que les Unplugged des années nonente montraient bien ça, Nirvana, Pearl Jam, Alice in Chains, tout ces groupes de grunge de Seattle, ça reste des grosses influences pour nous. On a grandi dans ces années-là, c’est un peu la bande-son de notre enfance, de notre adolescence.

Marcella : On accorde aussi un attention particulière à nos mélodies, on insiste beaucoup là-dessus, on ne cherche pas des mélodies forcément hyper recherchées mais des mélodies qui te restent en tête, pour que les gens puissent chanter avec nous. On essaie de prendre cette influence-là des nineties dans notre musique.

Culturaddict : Quels sont vos futurs projets ?

Pierre : Là ça va être de finir la tournée d’abord, on est en tournée pendant 30 jours avec The Night Flight Orchestra jusqu’au 22 décembre. Après on a quelques dates en Belgique, et là c’est presque une exclu on a une 2ème tournée qui va être bientôt annoncée, on va partir avec Vintage Caravan en avril, on devrait avoir quelques dates cet été, et si tout va bien on enregistre le nouvel album à partir de cet été, fin août début septembre si on a assez de chansons. On y bosse déjà, comme je disais précédemment on a vraiment envie d’avoir ce 2ème album qui arrive plus tôt, les fans ont assez attendu pour le 1er.

Marcella : Il ne faudra pas attendre 5 ans pour sortir le second (rires).

Culturaddict : Le mot de la fin ?

Pierre : Merci la Bretagne, c’est une région dans laquelle on adore venir ! On a découvert il y a un peu moins d’un mois les crêpes bretonnes, on doit dire qu’on a bien kiffé. C’était à Rennes, c’est une ville magnifique ! La Bretagne fait partie de ces régions de France où il y a un esprit un peu différent comme le nord de la France, la Corse, la Normandie. On aime toujours venir ici, l’accueil a été génial.

Marcella : On ne vient pas souvent en France mais on aime beaucoup venir jouer ici !

Culturaddict : Pour notre plus grand bonheur, merci à vous !

Marcella : Merci à vous aussi !

Il est maintenant temps, comme d’ordinaire, de remercier quelques personnes :

Merci au Ferrailleur à Nantes d’avoir organisé ce concert.

Un grand merci au groupe Black Mirrors pour ce superbe concert et cette interview.

On n’y pense jamais assez, mais merci au public pour cette superbe ambiance !

Merci à tous mes proches, amis et famille, ainsi que l’équipe Culturaddict de toujours m’encourager dans mes projets.

Et enfin merci à vous fidèles lecteurs pour suivre avec intérêt mon odyssée musicale !

A très bientôt.

Alan

Voici un lien pour écouter l’album sur youtube !