Le duo suédois est de retour ! 4 ans après le superbe « The Rifts », A Swarm of the Sun nous revient avec un 4ème album studio, intitulé « The Woods ». Le groupe a toujours réussi à me séduire personnellement, est-ce toujours le cas avec cet album ? Oui !

Blackout

Les 1ères notes de piano plantent le décor : c’est froid, épuré, calme. Le violoncelle arrive, apportant une voix supplémentaire. Après quelques secondes, les 1ers tambours arrivent, l’orgue aussi, pour une musique légèrement plus expérimentale que ce que le groupe a pu nous proposer. Puis arrivent les riffs de guitare post-rock, où l’on peut clairement identifier le groupe. C’est lent, c’est calme, c’est aussi très beau. Les instruments se rejoignent , c’est le début d’une dimension presque orchestrale, que le groupe sait si bien maîtriser. Les notes prennent fin, les tambours restent, puis s’évanouissent. Début d’une partie plus agressive ? Non, le groupe suspend le rythme et les notes de guitare. Peut-on espérer un morceau très progressif, où les musiciens prennent leur temps pour arriver à un climax spectaculaire ? Oui, la fin du morceau viendra le confirmer. La batterie arrive progressivement, la guitare commence à avoir un son plus grave, une couleur plus sombre. Les 1ers breaks de batterie arrive, le morceau tend doucement vers son climax. Les notes deviennent oppressantes, le rythme infernal. La fin du morceau est violente, on veut à la fois que ça s’arrête mais que ça ne s’arrête pas. Légère variation à la batterie, la richesse supplémentaire est bienvenue. Les notes et les accords se répètent, c’est un cercle sans fin. Puis vient la fin, brutale. Le 1er morceau a planté le décor. L’album s’annonce sombre, lent, mais spectaculaire.

The Woods

Tout comme le morceau précédent, l’intro est calme. L’orgue commence tout doucement, avec un seul accord, et quelques notes de passages disséminées. Le chant arrive, posé, grave. Doit-on s’attendre à un morceau semblable au 1er ? Oui, mais avec quelques nuances. La musique redevient instrumentale, avec quelques bruitages. Le chant revient, légèrement différent. La batterie arrive, d’un coup sec. Les accords de guitare sont lourds, l’orgue est grave. Les accords sont toujours répétitifs, mais peu importe, c’est d’une beauté absolue. Le violoncelle ajoute un charme supplémentaire. La batterie est en suspends, les cordes sont frottés, c’est glaçant. Changement de direction, les riffs de guitare sont plus incisifs, le tempo est plus rapide, la batterie ajoute une lourdeur supplémentaire et bienvenue. Les accords changent légèrement, c’est riche et magnifique. La tension va crescendo, jusqu’à ce final dantesque : les breaks s’enchaînent, sans interruption, le souffle est court. Les riffs post-rocks sont présents, c’est violent, spectaculaire. Les accords s’enchaînent, c’est un cercle sans fin. Le morceau se calme, la batterie s’en va, la guitare reste, s’atténuant lentement.

An Heir to the Throne

Légère différence par rapport aux autres morceau, la batterie fait son entrée dès le début. C’est à la fois léger et sombre, le caractère est mélancolique à souhait. Le chant arrive, un peu plus aigu. Le chant varie rapidement, le rythme harmonique s’accélère tout doucement. Les instruments se superposent lentement, d’autres notes arrivent en fond, le piano aussi. Comme toujours, le calme est temporaire, les riffs arrivent rapidement, l’accélération du rythme harmonique aussi. C’est toujours lent, mais le caractère sombre est renforcé. Le son désemplit légèrement, les riffs post-rocks arrivent. Le rythme s’accélère doucement, les battements se font plus rapprochés, les breaks s’accélèrent lentement mais sûrement. La texture sonore prends plus de place, le flot d’instruments nous amènent tout doucement au summum. Les riffs fracassants arrivent. Les accords se répètent, s’enchaînent, pour se terminer brutalement. La dernière note s’étend, doucement.

Ce 4ème album est parfait ! Le groupe est à son summum, il nous offre un album dans la lignée du précédent, mais en nous proposant un léger changement de direction. C’est beau, c’est puissant, parfois un peu lent, mais c’est une merveille ! Seule ombre au tableau, dommage que le schéma des 3 morceaux se ressemble un petit peu. Mais sinon, c’est une réussite !

Note : 5/5

Merci à tous de m’avoir lu, à très bientôt pour la suite de l’odyssée musicale !

Alan

https://aswarmofthesun.bandcamp.com/