Ce mercredi 17 janvier 2018 est sorti sur nos écrans le film Three Billboards: Les Panneaux de la Vengeance, réalisé par Martin McDonagh, avec Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell, John Hawkes et Peter Dinklage. Comédie dramatique policière anglo-américaine.

 

 

Jeux d’échecs

Le film choral est parfois considéré comme un genre de cinéma à part entière. Three Billboards: Les Panneaux de la Vengeance peut être affilié sur certains aspects à ce genre. Multiples personnages reliés les uns aux autres par une tragédie commune qui affecte la vie privée pour certains, la vie professionnelle pour d’autres. Le tout dans un jeu d’échec incessant, ou chaque acte, parole, écrit d’un protagoniste influent sur le comportement d’un autre. Le film est une escalade de séquences tragi-comique, que les Frères Coen n’auraient pas renier. Le choix de Frances McDormand en tant qu’actrice principale est d’une évidence absolue, tant le ton du film fait écho à une certaine partie de sa filmographie.

 

 

 

Tempo millimétré

Lorsque l’on parle de réussite totale pour un long-métrage, le scénario est souvent mis au premier plan pour justifier cette gratification. Ce qui est très loin d’être un mensonge effectivement, mais en appliquant ce raisonnement basique on laisse de côté un rouage essentiel à la bonne tenue d’un film de bout en bout: le tempo. Et question tempo, Three Billboards: Les Panneaux de la Vengeance est une maestria sans nom. Les acteurs livrent un travail remarquable de composition, de rythme, d’intonation… La direction d’acteurs administré par Martin McDonagh y est prodigieuse. Nous faisant passer du rire aux larmes d’une scène à l’autre sans perdre cette puissance burlesque qui détermine l’aura de l’œuvre que nous avons sous les yeux. Autant dire que maintenir un équilibre si fragile est extrêmement difficile. Ce que le film réalise avec brio.

 

 

Parfaite distribution

Du côté des acteurs présents à l’écran, hormis Frances McDormand toujours aussi impeccable. Woody Harrelson et son accent texan à coupé aux couteaux fait toujours des merveilles. L’acteur qui complète un trio parfait est le malheureusement assez rare Sam Rockwell, qui campe un officier de police ingérable et détestable à souhait. Lors de la dernière cérémonie des Golden Globes, Frances McDormand et Sam Rockwell ont tous deux remportés un trophée pour la qualité de leur acting, comme pour confirmer ce que le monde a observé. Amplement mérité!

 

 

Conclusion

En plus de ces deux trophées, le film à également remporté celui du meilleur scénario et du meilleur film dans la catégorie drama. Ce qui n’est pas du tout un hasard. Si vous devez aller une seule fois au cinéma en ce mois de janvier, ce sera pour aller voir Three Billboards: Les Panneaux de la Vengeance. LE long-métrage de ce début d’année. Les Oscars ont lieu le 4 mars 2018, et il ne fait aucun doute que Three Billboards: Les Panneaux de la Vengeance sera en excellente place parmi les favoris, voir même le suprême favori.

 

 

 

Mesdames, Messieurs, merci de votre lecture et bonne pellicule.

 

Pour réserver vos places de cinéma, une seule solution: https://www.cinetick.fr/