Depuis les années 80, les clips font autant partie de l’identité d’un groupe que la musique elle-même. Certains ne sont que des captations live, d’autres sont réalisés avec de vrais acteurs, et certains sont créés avec des images de synthèse ou en dessin-animé. Je vous propose d’en (re)découvrir quelques uns, à travers une sélection personnelle.

Quelques mentions spéciales pour des clips qui auraient pu figurer dans le classement mais que je n’ai finalement pas inclus :

-Money For Nothing de Dire Straits, qui est un pionnier du genre

Osama Obama de Larytta qui est un clip très drôle

Take On Me de A-Ha car les parties live sont très présentes dans le clip

Heartbraker de Motörhead pour les mêmes raisons

Un Jour en France de Noir Désir parce qu’il fallait faire des choix –

Gorillaz – Feel Good Inc. (2005)

J’ai hésité entre plusieurs clips de Gorillaz, notamment Melancholy Hill et Clint Eastwood, mais j’ai choisi de commencer par un grand classique : Feel Good Inc.. Bien entendu, le titre en lui-même est excellent, alternant entre basse rampante et refrain pop-folk. Mettant en scène les avatars des membres du groupe (Russel, 2-D et Murdoc) dans une tour sombre, visiblement lieu de débauche, jusqu’à ce que 2-D aille à la fenêtre pour observer le paysage extérieur, à savoir une île flottante (littéralement, pas le dessert). Le titre, tout comme le clip, est entré dans les mémoires.

 

Arctic Monkeys – Do I Wanna Know ? (2013)

L’album AM des Britanniques d’Arctic Monkeys avait été acclamé par la critique et le public en 2013, en partie grâce à la chanson Do I Wanna Know?. Avec son rythme entêtant et répétitif, le titre a réussi à hypnotiser les auditeurs. Le clip a lui aussi marqué les esprits : une ligne blanche s’anime et devient tour à tour des voitures, des femmes et bien d’autres choses. Bien animé, psychédélique et franchement étrange, le clip a tout pour séduire.

 

Disturbed – Land of Confusion (2005)

Pour cette cover version metal du classique engagé de GenesisDisturbed a décidé de mettre en scène sa mascotte The Guy dans un clip d’animation. Aussi engagée que l’originale, cette version n’a pas à rougir face à celle de Genesis.

 

Queens of the Stone Age – Feel Good Hit of the Summer (2000)

« Nicotine, valium, vicadin, marijuana, ecstasy, and alcohol … C-C-C-C-Cocaine ». Voilà les seuls paroles de cette chanson à la basse hypnotisante et aux riffs enivrants signée Queens of the Stone Age. Quoi de mieux donc pour illustrer une chanson parlant de drogue et d’alcool qu’un clip d’animation étrange en noir et blanc représentant un trip sous acide ? Rien.

Radiohead – Paranoid Android (1997)

Voilà l’OVNI du classement. Comme toujours avec Radiohead, on ne pouvait pas s’attendre à quelque chose de classique et accessible. C’est évidemment le cas ici avec le clip de Paranoid Android. Sur le modèle graphique des dessins animés américains du type, le groupe nous sert un clip mythique mais toujours aussi incompréhensible 20 ans après. Spoilers : c’est plutôt moche.

 

Megadeth – The Threat Is Real (2015)

Avec DystopiaMegadeth a signé un retour réussi sur le devant de la scène, avec un thrash violent digne de leurs débuts. Grâce à Kiko Loureiro du groupe Angra et de Chris Adler de Lamb of God, la bande à Mustaine a réussi à retrouver un peu de fraîcheur. Le clip accompagnant le premier single, The Threat Is Real, a aussi marqué un retour aux sources, dénonçant la société ultra-surveillée et contrôlée dans laquelle nous vivons. Avec son style graphique bien particulier rappelant l’aquarelle, The Threat Is Real a tout pour marquer les esprits.

Daft Punk – One More Time (2000)

Comment parler de clips d’animations sans évoquer les Daft Punk et leur album Discovery ? Classique de la musique électronique, le titre One More Time fait danser les foules depuis le début des années 2000. Son clip est lui aussi passé à la postérité. Extrait du film animé Intestellar 5555 dessiné par Leiji Matsumoto (également dessinateur du dessin animé Albator), le clip sert d’introduction au long-métrage ainsi qu’à l’album. Un chef-d’oeuvre, tout simplement.

 

Mickey 3d – Respire (2003)

Pour rester dans les groupes français, voici Mickey 3D et son superbe titre Respire. Le clip, tout comme la chanson, est un manifeste en faveur de l’environnement. Le twist de fin, déchirant, ne manquera pas de toucher ceux qui ne l’ont toujours pas vu.

Roger Glover – Love is All (1974)

Prenez un bassiste de hard-rock. Tiens, Roger Glover de Deep Purple par exemple. Faites le chanter avec un chanteur de metal comme Dio. Vous obtiendrez alors … une des chansons les plus joyeuses et entraînantes du 20ème siècle (de quoi casser les préjugés sur le metal). Le clip est tout ce que l’on aurait pu s’imaginer pour une tel titre : coloré, mignon et joyeux. Addictif.

2080 – My Megadrive (2011)

Le voilà, l’outsider de cette liste. 2080 est un artiste français très talentueux qui compose de la musique à partir de samples de jeux vidéo et de sons électroniques. My Megadrive rend hommage à la console de Sega du même nom, dans un clip en pixel art faisant plusieurs clins d’oeil à des jeux sortis sur cette palteforme, notamment des beat’em up. A voir absolument si ce n’est pas déjà fait.