Après un long week end passé entre la Suisse et Chantilly, j’ai pensé à plein de scènes cultes. Je vous en ai déjà proposé 10, ça en fera 5 de plus, et pas des plus mauvaises…

Snatch

Snatch 4Guy Ritchie a explosé avec Arnaques, Crimes et Botanique avant de confirmer avec un Snatch pétaradant. Brad Pitt y est excellent avec son incompréhensible gipsy irlandais. Turkey (Jason Statham du temps où il faisait de vrai films) et Tommy (Stephen Graham) sont embrigadés dans un pari foireux avec une caravane à la clé. Le morceau Disco Science de Mirwais agrémente le tout avec son rythme péchu et technoïde. Les deux compères subissent un proper fuck assez jouissif. Le film est excellent, cette scène est une des meilleures du long métrage. J’aurais pu en mettre bien d’autres issues du film…

Cloud Atlas

CLoud Atlas6 histoires, 7 acteurs, des rôles interchangeables et un scénario complexe et passionnant. Cloud Atlas est le chef d’oeuvre des Wachowski, une odyssée à travers les âges et les intrigues. Je ne me lasse pas de redécouvrir des indices liant les histoires entre elles et tous les détails capables de densifier ce film. On peut citer la séquence d’ouverture, pas faite pour faciliter la tâche du spectateur. On aperçoit les différents protagonistes, sans explication particulière. Il n’y a plus qu’à détricoter la pelote pour essayer de s’y retrouver. J’ai du voir le film 3 fois pour bien tout comprendre. Quel délice de trouver le fin mot de l’histoire, un vrai plaisir de cinéphile!

Phantom of the Paradise

Phantom of the paradiseBeef interprète sur scène la chanson du compositeur maudit malgré son interdiction. Et voilà ce qui arrive… Swan voit ça et se demande ce qu’il va bien pouvoir faire… Brian de Palma dernière la caméra, Paul Williams à la musique et des scènes magistrales. Peut-être est-ce maintenant un peu kitsch mais quelle puissance… je ne me lasse pas de la BO, elle tourne souvent sur mon ordi. Le meilleur du rock des années 70, un film devenu culte! Avant Scarface, De Palma montrait tout son art du maniement de la caméra!

FIght Club

Fiht Club 2Le personnage d’Ed Norton explique le contenu de son existence vide, plate et sans intérêt. Il souffre d’insomnies chroniques, souffre d’hallucinations et commande des objets par téléphone chez Ikea. Le montage de David Fincher est au top, comme souvent. Qui peut anticiper que le personnage va verser dans le côté obscur? Le reste du film va peut être bien plus loin que cette scène introductive des tourments du héros mais en moins de 3 minutes, le contexte est bien en place. Du grand art dans la concision et le sens de la synthèse.

La famille Tennenbaum

La famille tenebaumPatrick Wilson attend Gwyneth Paltrow à l’arrêt de bus quand la voix de Nico se fait entendre. Légèreté, poésie, tout le génie de Wes Anderson rejaillit dans cette simple scène. Les liens entre les personnages, le trouble apparent, la profondeur insondable des sentiments, tout est dit en quelques secondes, avec toujours cet art du réalisateur pour manier la caméra. De quoi conclure parfaitement ce 3e top 5!