Les années 70 représentent un âge d’or incomparable dans l’esprit de beaucoup de cinéphiles avec des opus restés gravés dans l’inconscient collectif. Toutes les expériences semblaient possibles à cette époque pour des résultats restés comme des pierres angulaires de l’histoire du cinéma. Massacre à la tronçonneuse reste toujours le film d’horreur ultime, Apocalypse Now a sublimé le concept de film de guerre, John Cassavetes traficotait dans son coin pour réaliser les chefs d’œuvre Opening Night et Une femme sous influence, Coppola encore lui réalisait les deux premiers Parrain, Kubrick livrait le drame ouaté Barry Lindon, Cimino se risquait dans une évocation terrifiante du Vietnam avec Voyage au bout de l’enfer, Brian de Palma livrait le film Opera Rock ultime avec Phantom of the Paradise, Woody Allen se laissait aller à la fantasmagorie personnelle avec Manhattan et le cinéma français vivait ses plus belles heures. Les choses de la vie, Nous ne vieillirons pas ensemble, l’Aveu, rien de tel se serait possible aujourd’hui, peut-être. Sans oublier Bergman avec son très beau Sonate d’automne, et puis Tarkovski avec l’hypnotique Le Miroir et Skolimovski avec Deep end. Et Ken Russell livrait une évocation floklorique de Tchaikovsky dans Music Lovers. Un âge béni, vous dis-je…

Les choses de la vie, Affiche

1 Rocky

Music Lovers

Apocalypse Now

Le Parrain 2

Barry Lindon

Voyage au bout de l’enfer

Vol au-dessus d’un nid de coucous

Serpico

Phantom of the paradise

French Connection

10 Mean Streets

Le Locataire

Un après-midi de chien

Manhattan

Solaris

La Maman et la putain

Aguirre, la colère de Dieu

Délivrance

L’arnaque

La vie de Brian

20  Macadam Cowboy

Pat Garrett et Billy the Kid

Une femme sous influence

Les chiens de paille

Massacre à la tronçonneuse

Le miroir

Opening night

Deep end

Johnny s’en va-t-en guerre

Sonate d’automne

Papillon

L’aveu

Nous ne vieillirons pas ensemble

Les choses de la vie

Les choses de la vie