Comme chacun le sait, le Nouvel Hollywood est un mouvement cinématographique né aux USA à la fin des années 60 et qui englobe des films jusqu’au début des années 80. Ses principaux représentants sont Spielberg, Coppola, De Palma, Scorsese et Lucas. Ils sont entrés dans l’histoire du cinéma en modernisant radicalement la manière de réaliser des films, avec quelques chefs d’œuvre à la clé. Marqué par son appartenance à la contre-culture, l’expression est apparue de manière claire bien plus tard, laissant des figures s’agréger au mouvement. Peut-être qu’une génération dorée actuelle prendra plus tard un nom global encore à définir?

Une histoire encore à écrire

L’envie d’écrire sur ce thème est venue d’une interview récente de Martin Scorsese où le réalisateur a indiqué qu’il appartenait entièrement à la nouvelle génération de révolutionner le 7e art pour prendre elle-même un nom que la postérité lui adjoindra. Alors la question est née dans mon esprit: quel serait ce nouveau Nouvel Hollywood? Pas sûr qu’il serait américain, le triomphe actuel mondial des films asiatiques laisse à penser que le renouveau, si renouveau il y a, se situe plutôt entre la Corée et Hong Kong. L’histoire retiendra peut-être le succès de Bong Joon-Ho aux Oscars avec son Parasite comme un jalon dans l’histoire du cinéma, une reconnaissance du déplacement du centre de gravité du cinéma vers l’Orient. Ce constat est à méditer car il existe encore des films d’une extrême qualité à Hollywood. Birdman, The Big Short ou The Social Network en sont une assez bonne illustration. Il existe encore des cinéastes ambitieux nichés au cœur d’Hollywood, mais il faut remarquer qu’ils ne sont pas tous américains. Iniaritu est mexicain, Nolan est anglais. Le Nouvel Hollywood s’est basé en partie sur une génération issue de l’immigration italienne avec du sang neuf et des idées neuves. Le constat saute aujourd’hui aux yeux, plus besoin aujourd’hui de passer par Hollywood pour conquérir le monde, comme le montre Parasite. Hollywood se concentre maintenant sur des sagas très profitables, des rapprochements gigantesques, dans le but de générer toujours plus de dollars au risque d’en faire pâtir la créativité et l’originalité. C’est peut être ce que sous-entendait Scorsese dans sa critique fracassante du système. Reste cette question, qui parviendra à symboliser le renouveau d’originalité qui empreint (fort heureusement!) tellement de films?

Le Nouvel Hollywood a marqué un profond changement dans la manière d’écrire et de réaliser des films. Une vague de réalisateurs auteurs a submergé l’univers hollywoodien. L’avenir dira si une nouvelle vague aura suffisamment marqué notre époque jusqu’à se voir apposer un nom iconique par la postérité!